Si j'étais...Témoignages de migrants mineurs

En 2016, j’ai suivi trois jeunes migrants sans famille - des "mineurs non accompagnés" comme ils sont désormais appelés -  tentant de se projeter dans l’avenir.

Carmel, Congolaise de 17 ans, qui a la chance d’être accueillie depuis 3 ans dans un Foyer de l’aide sociale à l’enfance. Elle a commencé une formation par alternance dans l’aide à la personne.



Aboubakari, Malien de 17 ans, vivant en squatt et considéré comme un « ni-ni » : sa minorité n’est pas reconnue mais les structures sociales destinées aux adultes ne lui ouvrent pas leurs portes.



Thierno, Guinéen de 18 ans, qui passe un CAP en alternance dans la restauration, vit en logement autonome et a obtenu son droit de séjour.



Leurs témoignages ont été projetés sous forme de diaporamas sonores lors de la journée régionale d’études sur les Mineurs non accompagnés, organisée par l’Uriopss (union régionales des organismes privés sanitaires et sociaux) des Pays de la Loire en mai 2016.

Top